licenciement

Le licenciement est une procédure qui comprend la résiliation unilatérale du contrat de travail. Le licenciement économique est l’un des licenciements prévus par la « loi du travail ». Les employeurs peuvent invoquer diverses raisons pour justifier la procédure.

Dans tous les cas, il doit reposer sur des raisons réelles et sérieuses pour être efficace. Cela signifie que les faits allégués doivent exister et que le licenciement de l’employé doit être le seul résultat.

Qu’est-ce que le licenciement économique ?

Selon l’article L1233-3 de la loi sur le travail, le licenciement pour raisons économiques n’est pas fondé sur les raisons intrinsèques du salarié, mais sur la situation de l’entreprise qui employait le salarié. Il suit les éléments de base du contrat de travail et devient sans emploi, changé ou modifié. Si le contrat de travail est changé ou modifié, le salarié ne peut être licencié que pour des raisons économiques, à condition qu’il rejette les nouvelles conditions d’exécution du contrat.

Pour être efficace, il doit être lié à l’un des éléments suivants :

Difficultés économiques majeures ;

Changement technologique ;

Réorganisation de l’entreprise pour maintenir sa compétitivité ;

La vente finale de l’activité de l’entreprise.

La procédure de licenciement économique suit un formalisme spécifique, que les employeurs doivent respecter. En cas d’échec, l’employé peut demander une indemnité au tribunal du travail.

Quelles sont les procédures ?

Les procédures de licenciement varient en fonction du nombre d’employés concernés. On parle de licenciements individuels lorsqu’un seul salarié est concerné et de licenciements collectifs au-delà de cette fourchette. Si la procédure implique plus de deux salariés dans un délai de 30 jours, les représentants du personnel et le comité socio-économique doivent être consultés avant le lancement de la procédure.

Quel que soit le nombre d’employés licenciés, l’employeur doit inviter l’employé à un entretien préliminaire. Les employés ont le droit de se faire assister par des représentants du personnel, des employés de l’entreprise ou des consultants du personnel sans représentant du personnel.

Une fois l’entretien terminé, l’employeur peut envoyer une lettre de licenciement économique au salarié dans les sept jours ouvrables les plus courts à compter de la date de l’entretien jusqu’à la lettre envoyée. L’employeur doit aviser la DIRECCTE dans les 8 jours suivant l’envoi de la lettre de licenciement.

Pour les salariés ayant licencié plus de 10 salariés, cette information est réalisée en amont après la réunion de concertation de l’organisation représentative du personnel. Le salarié doit donner un préavis à moins que l’employeur ne l’exempte, ou qu’il ne respecte pas le contrat de sécurité professionnelle (CSP). Ces contrats visent à faciliter le retour au travail de ceux qui sont licenciés pour des raisons économiques.

À la fin du contrat de travail, l’employé recevra une indemnité de départ et une indemnité de préavis et de congé payé (le cas échéant).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *